lundi 21 décembre 2015

La Cible - Savoir la Guérison

Le dévoilement. Afin de supporter en force notre droit d’aborder et d’expérimenter la Guérison, nous vous invitons à partager le plus rapidement possible le lien vidéo. «Nous» a besoin de «NOUS» debout, fort et sans équivoque. «NOUS» a le droit de savoir et de partager ces réflexions et connaissances.



vendredi 11 décembre 2015

Une Guérison miraculeuse



Comme je dis souvent à mes amis : « Tout est dans l’approche ». Bien que je sois au courant de ce fait, je ne suis pas reconnu pour avoir la meilleure et je ne vous garantis pas d’avoir la plus adaptée pour ce sujet. Mais allons-y tout de même.


Je me suis assez souvent demandé s’il n’y avait pas un peu d’embellissement dirigé dans les histoires de Guérison alternatives qui nous sont parfois rapportées. Les cas qui font écho semblent pourvus d’une impression de légendes brumeuses incertaines tirées de sources souvent invérifiables.  Un peu comme les OVNI, on en entend parler mais les témoins directs autour de nous sont soit inexistants ou terriblement discrets. Car, avouons-le, le NET n’est pas une référence très fiable pour officialiser une information. En tapant un mot dans tout domaine alternatif, on a autant de chance d’arriver sur un canular, un complot ou une étude bidon que sur une information valide.


Un préambule nécessaire

Devant une maladie importante (Sida, cancer, Lyme, etc.), personne n’a envie de jouer au hasard. Y a-t’il des personnes parmi nous qui ont spontanément assez de cran pour ne pas obéir à la peur que celles-ci animent au point de ne faire aucune démarche médicale officielle ? Mise à part l’expérimentation avec de petits malaises plutôt bénins et presque tous guérissables de toute façon, je n’arrive pas à vous citer l’exemple d’une connaissance ou d’un membre de ma famille qui témoigne d’une guérison miraculeuse ou spectaculaire. Tous les cas qui nous sont rapportés semblent éloignés, romancés dans un livre à vendre, brumeux, « canulariens » ou légendaires. De Fatima à Chico Xavier en passant par une multitude de gurus, guérisseurs et techniques de toutes sortes, tous les cas semblent trop lointains de nous et insaisissables pour quiconque se retrouve subitement devant un diagnostic tranchant et décisif (il faut le vivre pour le comprendre).

C’est sans compter, malgré leur utilité à dénoncer de purs navets, le club des sceptiques qui ridiculise les témoignages sincères en soutirant un mot ou une phrase pour la retourner dans un contexte imbécile qui trahi leurs propres malaises.

Je m’intéresse à la guérison depuis belle lurette. À un tel point que j’y ai consacré ma vie entière. Je l’étudie, je l’observe et j’engrange les incohérences médicales autant que les absurdités larguées sur le NET que les techniques étonnantes qui demandent le courage d’oser une ouverture qui nous rebute ou nous perturbe un peu.



Depuis un certain temps déjà, j’ai pu observer et affirmer sans hésitation que le monde de la guérison est dirigé par un marché de gros ou micro lobbies de façon volontaire ou inconsciente. Qu’ils soient pharmaceutiques, chimiques ou même naturels, ils ont tous besoin de votre maladie pour vendre, déployer un marché, payer un loyer ou simplement se donner un salaire viable. Les intervenants ne s’intéressent pas à la santé absolue de l’humanité. Ils s’intéressent à la maladie et à ce qu’elle leur rapporte, soit financièrement ou comme sentiment d’accomplissement.

Que vous aimiez ou non mon affirmation, le jour où tous les humains reprendront, sans équivoque, contact avec leur propre autorité de Guérison, c’est la moitié de la communauté qui, en lien direct ou indirect avec les malaises et maladies, qui sera sans reconnaissance et revenus : médecins, chirurgiens, infirmiers, infirmières, directeurs, ministres, investisseurs, laboratoires, chercheurs, scientifiques, gurus, guérisseurs, thérapeutes, psychologues, spécialistes de toutes sortent… Bref ! C’est la fin de toute chose. Ce n’est pas rien, c’est énorme. Et le pire c’est qu’autant les intervenants que les intervenus ont besoins les uns des autres.

« Quand on devient thérapeute, on découvre que beaucoup de gens ont besoin de leurs problèmes » - Phil Acromix

Je le mentionne encore, qui veut risquer sa vie ou son bien-être au péril d’aggraver sa situation pour une théorie attrapée sur la corbeille du NET ? Tout ce que nous avons, c’est le bien le NET car pour ce qui est des médias publics, ils ne nous rapportent généralement que de superbes histoires de patients et de talentueux intervenants médicaux pour des cas de guérison assistées. Ils nous rapportent également les plus lamentables échecs de tentatives alternatives. Les cas de guérison spontanées ou incroyables à nos sens, ne sont simplement pas publiés, ni encouragés ou valorisés. Question de gros bon sens. Que les diffuseurs de médicaments soient propriétaire ou non des médias importe peu. Car si vous êtes client d’un média et que vous lui versez des milliers de dollars en pubs, il va de soi qu’il ne va pas contredire votre étude orientée en faveur de votre produit. Donc les témoignages spectaculaires qui contrediraient (même de loin) l’utilité d’un produit, se retranchent dans le silence. Ces témoignages même réelles et sincères sont simplement écartés de recherches sérieuses ou du simple « Comment ça ? Il faut absolument comprendre ce qui s’est passé ! »


Un spectaculaire rendez-vous avec la maladie de Lyme

Pour une majorité, nous avons développé une habitude. Nous spéculons qu’en ne pensant pas à une situation, elle risque moins de se manifester. Nous craignons que celle-ci s’annonce si nous osons la réveiller en orientant notre attention dessus. Nous avons un peu raison mais en fait, nous avons peur de la peur et ceci est une mauvaise option autant que de passer son temps à se rouler dans l’affliction. J’ai nié l’éventualité de me faire mordre par une tique à patte noires infectée par la bactérie de Borrélia. C’était lointain et uniquement réservé à ceux qui la craignaient silencieusement. Je n’ai peur ni de la forêt, ni de sa nature. Depuis longtemps je m’intéresse au cheminement évolutif et j’y ai appris une chose importante : Notre esprit (je présume que vous avez au minimum, la considération de ne pas être juste un corps physique périssable), ne tolère pas nos petites falsifications internes. Il n’est nullement contrarié par les grosses bouffonneries évidentes que nous évoquons. Ils ne sont que de gros ballons fugaces et sans intérêts. Notre esprit ne se met en opération que sur les plus petites et subtiles semences germant dans la terre abondante de notre inconscient. Ces petites dissimulations ne sont pas aussi si laconiques que l’on souhaiterait.

Au mois de juillet, j’ai été assez occupé et tracassé par un trop grand nombre de choses en même temps. J’ai indirectement invité cet intrus à faire un grand ménage à l’intérieur de moi. Après avoir fait les démarches et constater le diagnostic indiscutable, j’ai divergé quelques minutes avec une panique affolante en constatant les symptômes et ravages que génère la souche de la borréliose que je portais.

Rapidement, je suis passé dans un autre mode. Une force que j’ai appris à développer en moi et qui comprends que l’attitude à priorité sur les événements. Voir l’article : http://clefsdereve.blogspot.ca/2015/01/je-suis-mort-dans-une-riviere-message.html
Ce comportement est assez évolué chez moi, comme une seconde nature. Cette prise en charge de ma création a transformé littéralement mon expérience normalement dramatique, en une fascinante aventure. En cherchant les informations diverses et en stimulant les rencontres, les synchronicités se sont avérées tout à fait étonnantes.

Je pensais livrer au fur et à mesure mes découvertes, les solutions et réflexions au moyen d’articles dans ce Blog mais ce que je découvrais était d’une telle ampleur que j’ai plutôt commencé à construire un recueil vidéo. J’ai suivi un traitement alternatif pour la maladie de Lyme. C’était assez énervant de ne pas choisir le traitement recommandé vu la chance que j’avais d’avoir la marque appelé « La cible » et qui n’est pas toujours apparente. La marque de la bête, confirmait sans contredit la proximité de l’événement et de s’en débarrasser immédiatement à l’aide des antibiotiques. C’était l’option la plus logique et la plus sensée mais ce n’était pas ce que ma conscience me susurrait.

Les semaines sombres

Cette bactérie coriace, intelligente, issue de nano technologie de dame nature se présente en trois étapes et se dissimule en imitant un large spectre de maladies. Je suis passé par la première étape avec presque tout le kit des symptômes. Je n’étais pas très beau à contempler. Je vous fais grâce des détails. De toute évidence, il y avait en moi, un combat...


Puis quelques semaines plus tard, les premiers symptômes s’esquivant, la marque de la cible prenait une taille démesurée (presque 2 pieds), la bactérie se trouva un chemin jusqu’à ma colonne vertébrale, une porte d’entrée où elle commença les ravages que j’ai nommé : « Les semaines sombres »

Je me suis retrouvé assez rapidement avec une inflammation osseuse à plusieurs endroits accompagné d’une incapacité à écarter et soulever les bras. Les jours et les semaines ne faisaient qu’augmenter la douleur. Parfois c'était comme un mal de dent mais dans les os dorsaux. Je vous aurais giflé ne serait-ce que pour m'avoir frôlé à ces endroits. L’invalidité augmentait et de nouveaux symptômes se manifestait. Comment allais-je finir ? Paralysie et sclérose en plaques sont les directions les plus craintes. Était-il trop tard pour les antibiotiques ? La peur était palpable chez ma partenaire. Je vous épargne tous les tiraillements et remises en question générés. 

Les informations autant alternatives que médicales sont dissoutes dans un océan où la goutte de la connaissance reste à saisir au moment opportun. Je devais la trouver au plus vite car les premières recommandations ne me semblaient pas très efficaces. J’en ai perdu mon intention initiale qui a mon sens était le meilleur des remèdes. C’est pendant cette étape que je l’ai retrouvé par un petit mot lancé par la conseillère de la boutique naturelle du village. « N’oublies pas de faire confiance à tes capacités de Guérisons » En retrouvant mon centre, j’ai trouvé la bonne approche, les bons dosages et les associer au fil des semaines.

Je peux vous dire que depuis longtemps, je souhaitais trouver la motivation et la discipline de manger cru. J’ai été exaucé ! La transformation que j’ai vécue est totalement spectaculaire et profonde. Retracer une alimentation plus près de ce qui était prévu initialement, crée également de nouvelle attitude et humeur dans le cœur. La joie ne se révèle plus par obtention mais se manifeste dans l’être en tant qu’expression naturelle venue de nulle part…

Ces méthodes nombreuses, anciennes et nouvelles, qui sont accessibles à l’humanité, pour rien au monde nous n’avons à nous en priver, comme l’aurait peut-être souhaité un certain lobby. Il est temps de reprendre ce qui nous appartient.

NOUS

Pourquoi la capacité à se prendre en charge est-elle donc aussi crainte ? Pourquoi ?

« Quand on devient thérapeute, on découvre que beaucoup de gens ont besoin de leurs problèmes » - Phil Acromix

Vous voulez une preuve de méthodes alternatives ? Pourtant, n’êtes-vous pas déjà prêts à argumenter plutôt que de concevoir d’autres éventualités ?

J’ai été bien formé dans ma vie avec l’étude des OVNI pour reconnaître les tonnes de canulars qui circulent sur le NET. Alors, je ne monte pas mes dossiers avec des allégories falsifiées ou des théories bidonnes.

D’abord de cesser de faire comme ont à toujours fait

Étape1 - Pour un retour à la santé illimitée, la première escale et LA PLUS IMPORTANTE est de contacter la crainte engendrée par la maladie. Par la suite, virer son capot de bord pour être dans la reconnaissance de la création de son malaise. De lui sourire, lui signifier de la gratitude amoureuse pour sa présence et la sagesse en devenir qu’elle initie. De l’aimer. Accepter la peur des autres sans vous pavaner que vous allez guérir. C’est la création et le chemin qui importe. Les autres ne font que tester, uniquement pour vous, la solidité de votre décision.


Un Avatar intelligent

Après avoir entendu les consignes de ma voix intérieure (la seule autorité valide), j’ai mis au grand jour ma situation. Idée arriérée de notre époque que de se terrer dans le silence pour ne pas déranger la masse qui ne demande qu’à tourner le regard. Voici clairement l’annonce de ma situation face à ma communauté. Je me suis approprié ce que j’ai créé et j’ai publié en avatar mon nouveau nom et mon nouveau moi Facebook. Je l’ai porté 3 mois.

Bruno La Lyme Gagnon

Message privé :
« Bonjour Bruno, quand je vois ta photo de profil je ne me sens pas super bien. Je t'aime quand même mais en attendant d'en avoir une autre je préfère ne plus la voir. Je préfèrerais te voir jouer du piano sur ta photo, te voir dans ta plus grande force disons, celle que tu assumes encore un peu timidement...Bon dimanche ! XXX »

Visiblement ce message ne s’adresse qu’à toi-même qui préfère ne pas voir ce qui se loge à l’intérieur et qui dérange. Encore beaucoup trop de personnes mettent du temps à comprendre ce simple fait. Qu’est-ce donc que tu n’assumes encore que trop timidement ? Je ne me suis jamais senti autant dans ma force. Devrais-je cacher ce que je suis pour ne pas te déranger ? Est-ce bien toi qui me dit ça ?


Mon piano n’a pas besoin de raisonner sur tous les toits du monde dans une façade à protéger. Voir quelqu’un ne pas cacher ce qu’il est, dérange énormément ceux qui tentent de dissimuler ce qu’ils sont… Surtout ne regardes pas et tournes le regard. L’évolution sera pour plus tard, au moment opportun où l’esprit en aura assez de tous ces maquillages.

Comme si les victimes d’agression devraient encore se terrer dans le silence mortel supporté par la masse critique. C’est fini ce temps de taire et de dissimuler. Ces Omerta suggérées sont plus violentes que l’action d’un agresseur.

Désolé !... C’est fini le temps des silences. Il y a eu un agresseur et un agressé point à la ligne. Au grand jour, dans la lumière, compris ?


Étape 2 - Foutre dehors tous les thérapeutes qui retiennent la connaissance en échange d’argent ou d'un « dû de gratitude ». DEHORS ! Faîtes confiance à l’Étape 1 avant toute chose. Débarrassez-vous de cette envie que l’on prenne soin de vous, que l’on vous enseigne, que l’on vous rassure, que l’on vous coache. C’est une nature mièvre qui vous rongera l’âme jusqu’à la mort. Les thérapeutes et thérapeutiques se joindront bien assez vite à vous si votre énergie renouvelée par la reconnaissance en crée l’exhalaison.

Étape 3 - Cherchez, découvrez, rencontrez, partagez, suivez votre propre guide intérieur et expérimentez avec passion. Puis, surtout, faîtes confiance à l’Étape 1. Restez dans cette énergie jusqu’à l’ascension du nouveau moi. C’est votre droit le plus absolu et le plus évolué.

La magie de la Guérison est l’intention

Je pense qu’il n’y a pas plus important que l’intention. Un peu comme dans la guerre des étoiles, il existe une force que l’on peut charger positivement ou négativement. Cette énergie est prouvée. Le saviez-vous ? Non ? Je vais le démonter dans ce recueil vidéo. Mais où je vais insister, c’est surtout sur notre résistance à se libérer de nos croyances. Notre ennemi commun à tous..

Ce ne sont pas les possibilités de Guérison qui manquent. J’avais tellement de solutions de Guérison devant moi que je n’ai pas eu le temps de toutes les aborder. Dans ce recueil vidéo, je fais abstraction du jeûne qui est une voie de Guérison puissante et bien connue maintenant. Aussi, l’utilisation de vitamine «C» liposoluble en surdose qui fait des miracles. L’Oponopono. Je n’ai même pas encore fait l’usage (fort efficace semble-t-il) de la Renouée japonaise reconnu pour son efficacité dans le traitement du Lyme. Et depuis le 16 octobre le professeur Keshe a rendu publique ces inventions au plasma. Il circule un nombre impressionnant de témoignages du crayon à photon de conception assez simpliste.

Avec tout ce qui est disponible en connaissances et ce qui est quantique, je peux conclure que de rester interminablement avec sa maladie est pratiquement un acte de grande volonté. Il est inutile d’extérioriser toute notre énergie et dévier notre responsabilité en talonnant de lettres nos politiciens et médecins pour faire légaliser nos symptômes. Nous entrons dans un combat qui est le chemin opposé du rendez-vous avec notre propre esprit et la possibilité de toucher à la raison initiale pour laquelle la situation a été créée.

Le dévoilement. Afin de supporter en force notre droit d’aborder et d’expérimenter la Guérison, nous vous invitons à partager le plus rapidement possible le lien vidéo. «Nous» a besoin de «NOUS» debout, fort et sans équivoque.  Nous avons fait en sorte que celle-ci revienne en ligne en cas de censure.  «NOUS» a le droit de savoir et de partager ces réflexions et connaissances. Vous pouvez nous aider aussi en vous abonnant à notre chaîne Youtube.



-          Jean-Bruno Gagnon
Alchimiste en musique inspirant l’Auto-Guérison

vendredi 11 septembre 2015

Lyme-Renseignements et Protocole efficace

Généralité
La tique à patte noir si elle est infectée, est la seule qui peut transmettre ce que l’on appelle la maladie de Lyme connu aussi sous le Borrelia. La maladie de Lyme est en progression au Québec. Le fait que les hivers québécois sont moins froids qu’auparavant pourrait en partie expliquer cette progression. L’adoucissement du climat permettrait aux tiques de survivre et de se développer plus facilement. Les tiques ne volent pas. Ils ne tombent pas des arbres. Pour survivre et se reproduire, ils doivent prendre du sang animal ou humain. Ils se tiennent donc dans les hautes herbes généralement à hauteur de genoux. La bactérie se transmet lorsque la tique à terminer de se nourrir de notre sang et le retourne dans notre peau.

Protocole
Condition aidante : En tout temps, désacidifier votre corps maintenez un taux alcalin en consommant des fruits et légumes crus. Les bactéries, virus se développe dans un milieu acide. Éliminez de votre alimentation les viandes, produits laitiers, le sel et le sucre. Vous vous rendrez service de toute façon. Éliminez tout facteur de stress. Écoutez et /ou méditez sur les Musiques aidantes. Un nouvel humain doit naître pour survivre à ce fléau qui est en route.

Situation -1-
J’ai une tique : Je l’enlève avec une pince à ongle en tournant dans le sens antihoraire. Je mets un n’importe quelle teinture contenant de l’alcool. C’est tout.

Situation -2-

Je ne vois qu’une plaque rouge : Je maintiens de l’argile verte humide (1 cm) pendant 2 jours en changeant mon cataplasme 2 à 4 fois. Je prends des bains avec 4 bonnes poignées de gros sel de mer dans un minimum d’eau entre les pansements. Je mets une teinture désinfectante entre les compresses.

Situation -3-
J’ai une rougeur entouré d’un cercle et les deux ressemble à une cible : Vous avez officiellement le potentiel de la maladie de Lyme. Si la cible à moins de 4 pouces. La bactérie n’a peut-être pas encore trouvé l’entrée mais elle le fera. Il n’existe pas de signe plus distinctif pour un diagnostic. Considérez la marque comme une grâce car beaucoup n’ont pas la marque ou ne la vois pas. Vous pouvez joindre le traitement aux antibiotiques à ce protocole mais ce n'est pas mon choix. La plupart des traitements officiellement proposés sont des antibiotiques et des corticoïdes ; ils sont décevants, inefficaces puisqu’ils ne font que faire retrancher le parasite dans des organes de plus en plus profonds et de plus en plus vitaux sans jamais l’éliminer. 


Appliquez la «Situation -2-» Argile et bain de mer sur plusieurs jours. Éliminez immédiatement et pendant 10 jours : sel, sucre, viandes et produit laitier de votre alimentation. Prenez des dosent de vitamine C (5000mg/jour ou plus) Mangez l’équivalent d’une gousse d’ail tous les jours (un morceau au 4h à 6h) Prenez de bonne dose de Probiotique. Consommez des fruits et légumes crus. Après 5 jours remplacez l’ail par soit : Argent colloïdale, teinture d’hydraste, Huile de feuille d’olivier ou autre antibiotique naturel du genre renforçant le système immunitaire. Appliquez sur les avant-bras et le thorax (non sur la cible) une dizaine de gouttes du mélange d’huile essentiel suivant :

HE Cinnamosma fragrans 10 ml
HE Cinnamomum camphora ct cinéole 5 ml
HE Eucalyptus radiata ssp 3 ml
HE Melaleuca alternifolia 3 ml
Dans 30 ml d’huile de noisette

Situation -4-
La cible est plus grande ou j’ai des symptômes :
  • Fatigue
  • Fièvre ou frissons
  • Maux de tête
  • Spasmes ou faiblesses
  • Engourdissements ou picotements
  • Ganglions enflés
  • Éruption cutanée

Nous sommes ici dans un autre secteur. Une intense modification de vos habitudes doit être prise en charge pour un protocole intensif. Bientôt publié.

N'hésitez pas à rectifier ou commenter cette page. Nous l'améliorerons ensemble.

samedi 5 septembre 2015

Le silence de La Lyme

Je ne sais pas combien de personnes je ferai réagir et quelles genres de réactions je stimulerai. Déjà, ceux qui ont eu vent de la rumeur discutent fort entre eux. Quoi qu’il en soit, j’ai le privilège d’être officiellement porteur de la maladie de la Lyme. Il y a plusieurs souches, j’ai la meilleure. Celle que tous redoutent. Celle qui peut vous paralyser la moitié du visage, vous apporter d’affreux maux de tête, de l’arthrite et alterner jusqu’à la sclérose en plaque. Ici même à Sutton au domaine Gagné. Cartier privilégié prospère, garni d’asphalte et de gazon vert partout coupé style terrain de golf. Je ne suis pas sortie de l’été, nous venons d’aménager. Je suis resté chez moi, aucun voyage. Je me suis contenté d’aller chez notre amie Eli à Sutton pour peindre sa maison. Ouvrir avec mon ami Raf un centre communautaire au milieu du village. C’est tout. Vaut mieux que ma communauté soit bien informée. Ce n’est pas ailleurs, c’est bien ici. Ici même nous sommes la région au Canada où l’on retrouve le plus ce migrateur. Nous avons de plus, la saison idéale, un été qui se prolonge, un mois d’août qui ressemble au mois de juillet.

Je vous annonce également que je n’ai aucun intérêt pour les antibiotiques vers lesquels la masse collective galope devant cet envahisseur décrit maléfique. Je n’ai aucun intérêt non plus pour la panique si bien orchestrée par la science médicale et son complice de toujours la pharmacopée et ces génies du marketing. Les circonstances ont fait que j’ai pu identifier et officialiser la bête et sa marque que l’on appelle dans le milieu : la cible. (Image)
Aucun moyen de fuir un diagnostic aussi déterminant. La tique à patte noir s’est bien orchestrée dans ma vie et dans mon corps pour me livrer sa précieuse marchandise apportant son lot de possibilités d’éveil et de conscience. C’est aussi parce que j’avais le terrain (corps interne) et les circonstances pour l’accueillir. C’est presqu’un rendez-vous. C’est le mien et celui de personne d’autre.  Un signal pour m’inviter à retrouver la régénérescence de mon être. Tout est une question de peurs ou d’insouciance. Les deux sont l’extrémité d’une même clôture sur laquelle nous faisons semblant de trouver un trou pour s’en sortir. Il n’y a que cela.

Je ne jouerai pas au jeu de la panique ou de la fuite devant ce qui semble être un envahisseur. Je l’accueil et le remercie grandement d’avoir déclenché chez moi quelque chose qui ressemble plutôt à un épisode. À une sortie d’un long sommeil. À des rencontres imprévues avec différents humains passionné de leurs connaissances acquises. Autant les spécialistes virologues, les pharmaciens, les naturo, les blogueurs que ceux qui ont ou ont eu, le mal silencieux. Je vais expérimenter directement avec vous au cours des prochaines semaines sans censures, mes résultats et sensations. Je serai le fou de service qui marchera dans ce chemin pour créer un passage. Car c’est bien pour cela que je choisi d’entendre la voie intérieure. Je pense que la majorité des malaises que nous avons (même des cancers), arrivent et disparaissent sans même que nous ayons pu constater leurs présences de façons définitives ou même d’avoir eu le temps de leur donner un nom. Nous trouvons souvent le courage de régler une situation sclérosée et les données pathogènes se transforment sans trop que nous ayons eu conscience du mal en devenir. Ce n’est pas toujours le cas. Parfois le nom, l’identification et le remède même chimique est ce qui apporte la solution. C’est toujours le chemin qui importe. Après tout, nos méthodes de consommations et de cultures qui consistent à tirer sur la laitue pour qu’elle pousse plus vite à surement des effets non prévu du côté de notre développement biologique naturel.
Je n’ai pas envie de saboter une occasion mis en place par la sagesse de la syncronicité qui est le langage du divin. J’ai un lien de contact avec la connaissance des autres et nous la partageons abondamment. Aussi bien en faire un outil de conscience arrivé à maturité. D’ici quelques mois ou peut-être quelques années, nous aurons une vision claire des méthodes alternatives. Ce ne sera pas un possible canular sur le Web parcourant Facebook. Cette bactérie est coriace, intelligente et déjoue l’organisation immunitaire. C’est de la nano technologie vivante. Nous verrons bien. C’est peut-être avec le corps en douleur et le visage à moitié fonctionnel que je vous direz : ne grâce ne faîtes pas comme moi, j’ai été idiot, prenez des antibio au plus vite. Dans le cas contraire, j’irai probablement rejoindre aux oubliettes les milliers de cas qui ont accompli quelque chose. Alors, probablement, la majorité sortira son arsenal d’argumentation de «Oui mais» ou tournera le regard. J’ai porté réflexion à cette habitude humaine. La raison est que nous avons peur. Et encore plus de l’avouer. Puisque anesthésiée, elle revient dans un champ d’action insurmontable. La peur est pourtant ce qu’il y a guérir. Rien de plus.

Il y a quelque chose de gros et de dissimulé dans cette «tiquerie». Vous seriez surpris et choquez. Il faut poser la question. Pourquoi en même temps, la solution antibiotique est-elle aussi difficile à avoir, est-elle aussi trop courte pour être efficace et assurer un résultat définitif? Pourquoi les médecins aussi silencieux, hésitants et les tests aussi contradictoires? Pourquoi tous ceux qui ont trouvé des remèdes efficaces et définitifs sont-ils systématiquement éliminé du marcher? Vous n’aimez pas ces questions? Demandez-vous pourquoi vous ne les aimez pas. C’est peut-être ça la petite voie…


Je livrerai régulièrement des articles, des mises à jour qui aurons toujours le même titre «Le silence de La Lyme» mais avec un sous-titre ou un numéro. Le prochain. Je décris l’historique jusqu’à la découverte officielle du diagnostic.

vendredi 14 août 2015

Une nuit dans un autre monde

Il y a 2 ans j’ai vécu une nuit particulièrement vibrante. La nuit durant, j’ai été dans un état que je n’ai jamais connu. C’est comme si j’ai passé la nuit dans un autre lieu où je ne faisais que recevoir des indications très précises sur l’atelier que nous appelons le «Fée-estival». L’enseignement m’a semblé duré toute la nuit. Au réveil, bien que mon amoureuse ce demandait ce qui se passait, j’ai tout écrit et je lui ai partagé.

Il va de soi qu’il s’est passé quelque chose cette nuit-là. Il y'a quelque chose dans cette expérience qui appartient à l’éveil collectif que nous sommes en train de vivre en ce moment même.

Je vous invite à entendre l’appel de la très petite voix intérieure derrière tous les aspects de votre personnalité. Vous y entendrez quelque chose qui créera un tremblement. Quelque chose qui ressemble à un chaudron où beigne la peur et la fébrilité. Un être uni à sa destinée reconnaîtra ce moment. Par une idée de génie, il créera l’ouverture pour s’avancer dans la prochaine invitation naissante. Nous vous invitons à vivre ce passage ou nous décidons individuellement et collectivement, la discipline de la joie…
Prochain Atelier : Ce samedi le 15 Août
Rejoignez-nous sur la page Facebook :

dimanche 2 août 2015

Oscillation

Nous avons toujours l’opportunité de reconnaître les événements perturbants comme annonciateurs d’un passage à réaliser. Ce qui fait la différence entre une personne réprimée et un être affirmé dans son évolution, est la capacité d’observer sa propre réaction. Un être uni à son chemin d’évolution ne cherche plus à taire les expériences. Une personne réprimée cherchera au contraire à faire atterrir les poussières qui ont été révélées par les événements. Ainsi, elle n’accomplira pas ses rendez-vous du destin.

Pour signaler le temps venu d’un passage, les événements ne se présentent jamais seuls. Ils complotent et s’accouplent souvent pour générer le nécessaire dans un dosage précis et adapté jusqu’à ce que la personne en processus atteint son point culminant. Une fois ce point atteint, c’est à ce moment précis que se présente une proposition supplémentaire aussi déstabilisante que les autres mais qui cette fois, cachera une expérience de guérison divine et absolument inattendue.


Un être uni à sa destinée reconnaîtra ce moment car il ressentira la fébrilité et la peur dans le même chaudron. Par une idée de génie, il créera immédiatement l’ouverture pour s’avancer dans la prochaine invitation naissante. La personne réprimée, au contraire refermera l’interrupteur à toutes nouvelles aventures supplémentaires. Ce qu’elle tentera d’éviter, sera presque immédiatement créé sans aucune issu de guérison divine. Elle recommencera alors tôt ou tard, un nouveau cycle d’événements dont l’ampleur sera de plus en plus insupportable. Elle se mettra alors à jouer la victime de ce qui provient pourtant de sa propre négligence, peur ou oisiveté.

mercredi 11 février 2015

Les milles et un plaisir de la Paraphrénie

Le murmure de l’entourage qui s’amuse à me trouver de belles pathologies. La dernière trouvaille des moutons tremblants, je suis atteint de Paraphrénie. Quelle joie! Ne vous y trompez pas, lorsque ce tralala merdique se met en branle, c’est toujours pour la même cri... de raison. : atténuer la créativité de l’autre pour dissimuler sa honte ou son manque de courage de pas avoir accompli la sienne. Rien d’autre, c’est aussi lâche que ça. Je fais la différence entre une personne qui a besoin d’un monde imaginaire pour survivre et l’approfondissement de nombreuses années de recherches et de comparaisons sur les différents évènements  dit «étranges» (mais qui ne le sont plus pour moi) et qui façonnent notre monde. Je fais encore la différence entre la réalité de la physique quantique, les millions de témoignages de gens qui ont vécu des NDE, les millions qui ont expérimentés de miraculeuses guérisons, les milliers de personnes qui vivent sans manger, les millions de personnes qui ont vécus d’étranges expériences de toutes sortes et… le simple dépressif de service. Mais bon, c’est pas grave, l’ignorance c’est commun. Je plains plutôt ceux qui ont besoin de me «maladiser» pour moins sentir leur panique invaincue. Le subtil c'est une énorme part de la réalité total et absolu. C’est même de ça qu’est formée la matière. Mais si ça peut vous aider à mieux continuer à vous endormir, je suis la Paraphrénie, je la suis totalement, complètement et entièrement. Ha! que je ne retournerai pas en arrière pour trembler à nouveau avec la meute de trouillards.
Les Casault, Petit, Bousquet, Charbonnier et Kaku de ce monde pour ne nommer que ceux-là, tout comme moi, sont loin d’être des paraphréniques. RM tu peux tourner en rond le nombre d’année que tu veux avec tes cailloux et dans l’fond de ta forêt pour te faire pousser des histoires de sauveur éternel avec des séances bidon de psychologie raté. Parce que toi quand tu appelles les esprits des 4 directions c'est tout plein spirituel mais quand moi qui dis le mot esprit, là, je deviens un paraphrénique. Wow! Tu pensais quoi là? Insérer le mensonge en imposant un omerta acide à une personne vulnérable dans un couple qui a trouvé le courage de briser les silences et les pensées cachés du quotidien? Ma compagne de vie, elle n’a pas fait 2 pas dans la maison que je disais «Mais quel est donc ce mur de ciment entre toi et moi?» Celle avec qui je partage ma vie est d’une vulnérabilité sensible ce qui en fait sa beauté papillonnante et je dis souvent qu’il faut être presque un ange pour ne pas abuser de cette accessibilité. C’est un défi que je n'ai pas honte d'observer, que j’accepte encore et toujours d’accomplir aujourd’hui. Utilisé son seule filtre infériorisant et culpabilisant à outrance pour déterminer une pathologie de l'autre à partir de circonstances racontés et incomplètes mêlé à tes filtres perso pendant que toute notre famille te faisait confiance, c’est franchement pas fort. Passer sur mon Blog pour utiliser mes essais littéraires, faut-il encore que j'ai le courage de les publier mais ça, t’as pas vu ça. Dois-je m’en étonner? Les drames et les expériences difficiles c’est ce qui forge l’évolution et je ne me plaindrai surement pas de la mienne.
Je signe et j’insiste à haute voix et sans omerta...
Jean-Bruno Gagnon
-         Alchimiste en musique inspirant l’Auto-Guérison


Évolution vers la réflexion

     Je donne suite à cette expérience que je viens de mieux définir et qui fait quand même soulever une situation qui nous invite à la discussion. Plus particulièrement ici où nous sommes confronté régulièrement à une société qui n’aime pas trop la différence. J'ai décelé au fil des observations ce qu'il manquait le plus aux personnes vivant une expérience inhabituelle ou trop étrange. Même avec des preuves indiscutables, un expérienceur trop bavard est sujet à vivre en permanence avec une épée de Damoclès invisible et indéfinissable au-dessus de sa tête. Vivre une expérience est une chose, la digéré, la raconter à un proche de confiance, l'écrire et la publier en est foutrement une autre. Il y a des millions d'étapes insaisissables qu'on ne pourrait reprocher pour chaque expérienceur. Malgré la conviction et la fiabilité d'un témoignage, le témoin en question reste constamment dans un traumatisme permanent qui est beaucoup plus nourri par l'impossibilité de décrier librement son expérience que par celle-ci.


     Cette épée de Damoclès, c’est l’abjecte risée plaquée dans la face de la majorité qui fait horriblement partie de cette résistance autant que les altérités dogmatiques de psychanalystes et autres du même panier à crabe. Cette risée collective, elle nous a été imposée sans même que le «Nous» ait pu voir arriver cette conspiration subtile et infecte. C’est à «Nous» de la refuser. Bien sure il y aura toujours de vrai pathologie mesurable mais comparé aux milliards d’expérienceurs, il ne vaut peut-être pas l’auto-supplice à détruire l’espace sécurisant que le «Nous» aurait dû préserver. Être accueilli sans jugement, sans risée et sans l’infecte tentative de «thérapeutiser» ou d’expliquer a été anéanti au grand plaisir des fabricants d’antipsychotiques et d’antidépresseurs qui ne sont pas pressés de diffuser l’information que l’écoute emphatique à ses avenues de guérison étonnantes et gratuites. Tout ça juste  pour la cri… de peur d’être associé ou vu avec un possible porteur de pathogènes pas contagieux pour 5 cents même en le «frenchant» pendant une demi-heure. Devant l’inconnu et le déstabilisant, il n’y a que 2 voies possibles. Il n’y a que 2 formes d’humain à développer. Il y a l’humain qui évoluera vers le courage de rester noble et celui qui stagnera dans l’immobilité, dans la facile lâcheté de sourire bêtement, de fermer les yeux ou de faire semblant de ne pas avoir entendu. Alors, lequel avez-vous envie de devenir? Le premier ou celui qui va crier dans sa tête «Sauve toi, un paraphrénique» ?
     
     Pour finaliser cette expérience, je laisse le mot de la fin à ce spécialiste québécois de la métaphysique...